Votre panier est vide  Votre compte

Semences et Biodiversité

Pour comprendre le problème des semences et de la biodiversité, il faut tout d'abord se rappeler que la diversité ne devrait pas se trouver seulement dans les forêts et les Parcs Naturels mais également dans les assiettes des consommateurs car la biodiversité ce n'est pas seulement les plantes sauvages mais aussi les innombrables variétés de fruits et légumes et céréales que nos anciens cultivaient et sélectionnaient dans chaque régions, terroirs et villages, mais voilà en seulement un siècle 95% de cet inestimable patrimoine de l'humanité a déjà disparu.

Ceci est d'autant plus grave que ce sont justement les variétés anciennes de population qui sont indispensables pour l'agriculture biologique car ce sont ces variétés de population qui sont à la fois capables de s'adapter en seulement deux ou trois générations au changement climatique ou d'apprendreà résister aux maladies sans aucun traitement biologique ou chimique.

Le fait que tout est fait dans le monde pour empêcher ou même interdire l'utilisation et la reproduction de ces variétés est bien sur préjudiciable au développement de l'agriculture biologique mais encore plus à la santé des consommateurs.

Par exemple, plusieurs études démontrent que ce ne sont pas seulement les antioxydants des fruits et légumes qui ont un pouvoir anticancéreux mais surtout les molécules qui permettent aux plantes de se défendre contre les maladies et certains prédateurs.

Il est donc facile de comprendre l’intérêt que serait la possibilité pour les paysans d'utiliser, de produire, diffuser et vendre ces anciennes variétés de population et de pouvoir librement donner, vendre, échanger les semences de ces variétés surtout lorsque l'on fait comme moi de la sélection depuis presque 20 ans pour apprendre à ces anciennes variétés de légumes à résister par elle même aux maladies, à la sécheresse ou au contraire aux excès d'humidité.

Par exemple, des plants de tomate qui prospèrent et produisent des fruits de 300 à 800 grammes dans une terre de garrigue méditerranéenne après six mois sans la moindre pluie et sans irrigation.

Pour bien comprendre la situation actuelle il faut tout de meme faire un petit résumé historique.

Depuis la préhistoire jusqu'aux années 1890 , les semenciers n’existaient pas, c'était les paysans, les villageois qui produisaient, sélectionnaient, échangeaient leurs

semences cela avait créé une biodiversité presque sans limites car les variétés de population qu'ils utilisaient ont la faculté de s'adapter très rapidement au terroir, au climat et même aux désirs des personnes qui les cultivent, ceci à condition bien entendu de faire la sélection dans le bon sens ce que faisaient très bien les paysans

depuis des milliers d'années mais cette connaissance s'est presque complètement perdue en un siècle seulement.

Pour en revenir à 1890, certaines personnes dans le monde ont voulu devenir semenciers avec l'idée qu'il fallait créer des races, variétés, des lignées pures, si l'on y pense bien, on peut comparer ce genre d'idées à l'eugénisme et au nazisme.

Le premier problème qu'ils ont rencontré c'est qu'il est très difficile de vendre des semences à des paysans qui en avaient déjà à profusion.

Ils ont donc orchestré avec l'aide des scientifiques et des états de l'époque une campagne de dénigrement du monde paysan ou il était surtout question de convaincre les paysans de leur ignorance, inculture et surtout du fait que la sélection et la production de semences devait impérativement être faite par des professionnels et des scientifiques car les paysans ignorants et incultes, voir stupides ne pouvaient faire autre chose que de faire dégénérer les variétés.

Ce dogme complètement invraisemblable est toujours d'actualité car il est toujours à la base des réglementations et du discours de la plupart des chercheurs en agronomie.

Dans les années 1920, les semenciers qui commençaient à être bien en place ont bien été forcé de constater que c'était en fait bel et bien eux-mêmes qui avaient complètement fait dégénérer leurs variétés, leurs lignées pures car en fait pour obtenir leur lignée pure ils avaient beaucoup trop pratiqué la consanguinité et complètement restreint la biodiversité au sein des variétés qu'ils avaient sélectionné.

Vers l'année 1929 ils ont l'idée géniale ( pour eux)  qu'en croisant deux lignée pures qu'ils avaient fait eux-mêmes dégénérer on obtenait ce qu'ils ont appelé un hybride avec une vigueur exceptionnelle par rapport aux lignées pures dont ils étaient issus et surtout l'avantage pour les semenciers que si les paysans essayaient de ressemer les hybrides qu'ils avaient récolté, ils obtiendraient n'importe quoi avec un résultat souvent médiocre.

C’est d'ailleurs presque uniquement avec le cas du mais que les semenciers avec l'aide des scientifiques et des états ont réussi à duper et tromper le monde entier en réussissant a faire croire qu'il n'y avait rien de mieux et de plus productif qu'un

hybride ce qui a toujours été complètement faux.

 

 En dehors du fait que depuis plus de 50 ans, les semenciers ont axés leurs sélections sur 3 critères :

–      La faculté des variétés hybrides ou non à absorber un maximum d'eau et d'engrais.

–      Pour les fruits et légumes leur capacité de conservation et de résistance aux transports de façon à ce qu'ils puissent être vendus le plus loin possible.

  • Quant aux céréales, c’est pour leur facilité d'utilisation par l'industrie agro-alimentaire, tout cela au détriment de leur valeur gustative et nutritionnelle.

Si on se demande dans quel but tout cela ?

La réponse c'est que c'est à la fois très complexe et très simple, en résumé on peut dire que de favoriser les transports et l'utilisation par l'industrie cela permet à beaucoup de gens de  faire un maximum de bizness au détriment des paysans et des consommateurs et pour les états, plus il y a de transports plus c'est facile de contrôler et taxer.

A partir des années 1970, presque tous les semenciers ont été rachetés par quelques multinationales qui étaient avant tout des fabricants de produits chimiques, de produits phytosanitaires, de désherbants et d’engrais.

Actuellement 98% des semenciers et semences dans le mondes appartiennent à ces multinationales.

On pourrait supposer que ces multinationales se sont appropriées un quasi-monopole sur les semences dans le but de gagner directement de l'argent avec la vente des semences mais en fait les véritables motivations sont :

1- De créer de nouvelles variétés plus fragiles car plus les plantes sont malades plus ils sont certains de vendre un maximum de produit de traitement.

 2- Mais et c'est peut-être la plus importante, les semences étant à la base de la vie des civilisations et des économies, le plus grand des pouvoirs sur terre, ce n'est pas de détenir des armes de destruction massives mais bel et bien de détenir les semences.

A partir des années 1990, ces multinationales ont parfaitement compris qu'elles empoisonnent le monde entier avec leurs produits de traitement et leurs OGM,  elles ont donc commencé à racheter les industries pharmaceutiques afin de vendre des médicament aux gens qu'ils ont empoisonnés.

 

Pour résumer, on peut dire que ce sont ces multinationales qui vendent des semences de plantes fragiles et maladives, qui vendent les produits de traitement pour les plantes et qui ensuite vendent les médicaments pour soigner les gens qu'ils ont rendu malades en les empoisonnant.

Ce sont malheureusement pour l'humanité et pour notre planète ces même multinationales qui détiennent le véritable pouvoir sur terre, ceci d'autant plus qu'à notre échelle , ce sont leurs propres experts qui ont rédigé la presque totalité des réglementations concernant les semences.

 Si vous êtes impliqués dans un démarche de protection de la nature et que vous êtes soucieux de l’avenir de la planète et de l’humanité, je vous invite à réapprendre à produire et à sélectionner vos propres semences chez nous et ainsi mainteneur les variétés menacées d'érosion génétique.

 

 

 

D’autre part j’organise des stages pour réapprendre à faire vos semences et vos propres sélections .

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

 

 

 

Pascal POOT : Agriculteur biologique. Animateur de conférences sur le problème des semences et de l’agriculture biologique . Professeur vacataire à l’Ecole nationale des Ingénieurs Agronomes  et divers centres de formation en agriculture biologique

Commentaires (13)

yannick85
  • 1. yannick85 | 05/03/2015

Lien mort au dessus sur

"D’autre part j’organise...

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

La page http://www.lepotagerdesante.com/reservation/agroforesterie.html n'existe pas.

cordialement.
Yannick SIRJEAN

noubad

Bonjour
Oui effectivement, nous sommes en train de refaire des pages pour les stages, car les précédentes ne nous plaisaient pas trop.
Le site à ouvert très récemment, nous faisons notre possible pour le remplir de contenue un peu tout les jours.
Cdlt

LyloosTdC
  • 3. LyloosTdC | 12/03/2015

Dès que je rentre en France je viens faire un stage chez vous !!!
Je suis impatience de découvrir vos talents et de les partager ! Faire mon potager et déguster mes récoltes ... Mon rêve !!!

Loup
  • 4. Loup | 29/05/2015

Vous êtes un homme merveilleusement lucide et convaincant. Bravo à vous et merci pour votre belle action, pour nous, pour nos enfants, pour la planète.

OP

Gregus59
  • 5. Gregus59 | 17/09/2015

Bonjour, je soutiens à 100% votre démarche et l'été prochain je compte faire un stage pour me former à vos méthodes. Dans l'attente, je vais faire en sorte de cultiver les quelques graines que je vous ai acheté, en espérant qu'elles se plairont dans le Nord de la France... Sinon elles s'adapteront ! À bientôt...

Sié Daniel
  • 6. Sié Daniel | 17/09/2015

Bravo pour cet travail.

Sié Daniel
  • 7. Sié Daniel | 17/09/2015

Bravo pour ce travail.

BOUCHIC
  • 8. BOUCHIC | 25/11/2015

Bravo à vous, votre démarche pleine de bon sens.

poupouts
  • 9. poupouts | 08/01/2016

[i]destruction de la planète et de ceux qui y vivent dépopulation nous dit on , nous serions donc trop nombreux et laisser la place à ce nouvel ordre mondial qui se met place par des projets programmés et planifiés ... La mort par contamination , une chaine à l'infinie ou 80% de la population mondiale des peuples doivent inexorablement s'éteindre au damnées de la terre . Organisé par des esprits sans âmes . @smael

prune
  • 10. prune | 27/01/2016

j'ai regardé le reportage à la télé et la vraiment je suis restée sans voix, merci Mr de penser à nos générations futur, en attendant je vais en acheter et vous demanderai conseil, ce sera la première fois que je vais faire mes semis,
bonne journée, Catherine

PhilippeVessiller
  • 11. PhilippeVessiller | 12/04/2016

Merci, pour tout ce que tu fais tu transmet les valeurs fondamentales de la vie en sauvegardant la nature par t'es observations depuis de nombreuses années et nous permet de cultiver le vrai, l authentique dans nos jardins.

Merci pour tout cela.

Philippe Vessiller.

jj340
  • 12. jj340 | 11/05/2016

Le pouvoir appartient aux consommateurs. Si les gens achètent en masse des graines illégales, la législation pliera. Comment condamner des milliers voire des millions de gens ? A la déclaration des droits de l'homme, il faut ajouter l'interdiction de breveter le vivant. La terre et les végétaux sont indissociables des humains.

hugOdeChermizy
  • 13. hugOdeChermizy | 16/08/2016

Franchement cool... toute la force et la magie des graines et les tutoriels pour s'y mettre, en évitant une partie des difficultés que rencontrent les novices !
Merci encore !!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 12/12/2014